+32 493 50 50 50 contact@sosexpress.be

La nouvelle a fait le tour du monde, de Washington à Bruxelles, de Moscou à Londres : Donald Trump est officiellement le 45ème président des États-Unis. Le républicain, jadis considéré comme un candidat farfelu, vient de battre Hillary Clinton afin de s’installer à la Maison blanche pour (au moins) quatre ans. Ce que beaucoup de spécialistes redoutaient, et ce qu’une partie du peuple américain attendait, à l’image de Joe le plombier qui fit grand bruit lors de l’élection de 2008, vient donc de se réaliser. Celui qui se présente comme le déboucheur de la situation dans laquelle les USA sont empêtrés est finalement le grand gagnant de la campagne féroce à laquelle nous avons assisté. Mais que compte faire cet ancien promoteur immobilier lors de son arrivée au pouvoir, afin de dépanner le pays ? Certains indices nous permettent d’anticiper les actions à venir de Donald Trump, celles attendues par ce plombier américain qui se sent délaissé, mais aussi de leurs répercussions dans le monde entier…

donald trump

Donald Trump et le plombier américain

Il est incontestable qu’une nouvelle Amérique, celle de Donald Trump, et, entre autres, du plombier qui a du mal à boucler ses fins de mois, vient de se faire entendre. Et celle-ci a puni une très grande partie de la classe politique américaine du pays. À commencer, bien entendu, par Hillary Clinton. La fuite concernant ses e-mail privés a stoppé net son ascension dans les sondages… c’est à ce moment que ses détracteurs ont ouvert le robinet qui laissât couler le flot d’accusations. La réparation de cette fuite ne fut pas optimale, puisque le résultat qui tombât récemment prouve que la confiance n’est plus là pour le camp des  »dinosaures » du pouvoir. Donald Trump a aussi eu droit à une destruction de son image par les médias, mais l’enquête du FBI concernant l’affaire du courrier électronique de l’ancienne first lady semble avoir été considérée plus grave par les citoyens américains. Et il s’agit bien de ceux-ci qui forment cette nouvelle Amérique empêtrée dans ses contradictions. En effet, il est étonnant de constater qu’une grande portion des américains sont des femmes, des personnes de couleur, des hispaniques, et que le nouveau président ne fut pas tendre pour eux et elles. La nouveauté réside dans ce constat : comment le pays, et tous ceux qui y habitent, va fonctionner afin que tout le monde, y compris le plombier qui paie trop d’impôt en tant qu’indépendant, y cohabite sans risques de tensions ? La question est importante, surtout quand on voit ce que Mr. Trump pense de ce que doit faire son pays, notamment en matière de réchauffement climatique…

Donald Trump et le réchauffement climatique

Le problème global du réchauffement climatique nous donne en effet une indication de la manière dont le nouveau locataire du 1600 Pennsylvania Avenue compte gérer son pays, et donc ses relations avec les autres nations. Notre consommation d’énergie est trop élevée et met en danger les générations futures, c’est un fait établi. L’utilisation accrue de chaudières au gaz, au mazout, et de toutes les installations de chauffage, comme le radiateur, sans parler de la pollution causée par les voitures ou la production industrielle, cause bien du tort à l’atmosphère. Les États-Unis sont d’ailleurs les premiers pollueurs du monde, mais cela n’empêche pas Donald Trump de déclarer qu’il compte annuler l’accord de la COP21, où 195 pays ont signé à Paris un traité pour réduire les émission de carbone. Cet assainissement de l’état de la planète et du réchauffement climatique est indispensable, mais l’ancien magnant de l’immobilier n’en a cure. Son pays passe avant tout, tout le temps, à l’image de ce plombier qui se soucie avant tout, souvent à raison, de ses problèmes immédiats. De quoi se poser beaucoup de questions à Bruxelles…

trump-femme

Donald Trump et Bruxelles

La bourse de Bruxelles a chuté lors de l’annonce de l’élection du businessman et, même si cela n’est qu’indicatif (et est déjà arrivé au moment du Brexit), cela reste malgré tout une belle métaphore de la relation entre Donald Trump et Bruxelles. L’homme qui veut nettoyer à haute pression la politique de son pays et  »tirer la chasse afin de déboucher les toilettes » n’a en effet pas une bonne image sur le vieux continent, et il fait penser aux populistes qui agitaient le spectre du plombier polonais pour attirer des voix… Mais la diplomatie continuera de marcher de façon habituelle, et c’est pour cela que les présidents de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et du Conseil européen, Donald Tusk ont réagi tout de suite dans un courrier. Ils y invitent le nouveau président américain à venir en Europe pour un sommet UE-USA. Malheureusement, le nouveau monde semble se désintéresser depuis peu du vieux continent, et les récentes déclarations de Donald Trump sur Bruxelles qui est un  »hellhole » ne laissent pas augurer de bonnes relations entre ces deux parties du monde.

Et si le président milliardaire épatait tout le monde dans les années qui viennent, et pas que Joe le plombier ? Rappelons-nous en effet que Ronald Reagan était un acteur de western et qu’un aéroport porte maintenant son nom. Mais Mr. Trump dispose-t-il de tout le matériel de plomberie nécessaire pour réparer le monde qui se trouve dans un drôle d’état ? Rien n’est moins sûr pour l’instant, surtout au vu de sa personnalité et de toutes ces déclarations, mais n’oublions pas qu’il peut bien s’entourer afin de proposer une présidence moins chahutée que prévue. Wait and see, comme l’on dit de l’autre côté de l’Atlantique…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer